DÉMARCHE



MALLÉABILITÉ INTERHUMAINE


Artiste interdisciplinaire, Evelyne Bouchard explore l'espace public et personnel.  Elle crée des situations ou s'invite dans différentes situations, où elle sollicite les liens sociaux afin d'y faire émerger une transformation. Elle fait donc un pas de côté; elle s'immisce dans les interstices du social et du personnel. L'espace partagé et la sensibilité de l'instant ouvrant leur potentiel émergeant aux possibles. Evelyne s'imprègne ainsi des rouages sociaux pour percevoir ce qui se loge dans les perceptions, les entendements personnels et sociaux et ce qui cristallise un mode de pensée lié aux attitudes de chacun. 

              Elle pratique un art relationnel où elle examine la malléabilité interhumaine. Elle y observe le changement émergent. Elle s’intéresse à ce qui génère le changement des attitudes ou elle se présente parfois comme un élément déclencheur d’un changement possible. À d’autres occasions, elle capte dans la durée la trame et les fluctuations des échanges s’inscrivant dans un contexte choisi. Près du quotidien, sa pratique engage le dialogue et produit diverses rencontres où elle interroge l’invisibilité éphémère d’un moment.

Ses recherches utilisent la performance participative, la déambulation, l'infiltration et l’intervention in socius. Les traces dessinées, photographiques, sonores, vestimentaires ou d’installations forment différents corpus de recherche. Les situations ou les objets créés ainsi sont empreints d’une mémoire sensible dressant le corps expérientiel du phénomène observé.

Evelyne va au pas qui vient.




Evelyne Bouchard est originaire des Cantons-de-l’Est et vit en Montérégie. Elle est présentement étudiante à la Maîtrise interdisciplinaire en art de l’Université Laval, à Québec. Elle collabore à différents groupes de recherches, dont U-Lab, au Département de communication sociale et publique de l’UQAM, Hemispheric institute of performance and politics, à Université Concordia à Montréal et Trans-Montréal, dans le cadre du l’événement Performance Studies international de 2015. Elle présente ses recherches en centres d’artistes au Canada et à en Équateur.